Conseil

Vous avez subi des abus sexuels dans votre enfance ou votre jeunesse ? Vous soupçonnez un enfant ou un·e adolescent·e d’être touché·e par un abus sexuel ? Un centre de soutien est là pour vous aider. Obtenez des informations, posez vos questions et discutez de la marche à suivre.

Comment les centres de soutien apportent-ils leur aide ?

Un centre de soutien est là pour aider les personnes qui en ont besoin. Il existe des centres de soutien généralistes et des centres de soutien spécialisés.

Un centre de soutien est là pour aider les personnes qui en ont besoin. Il existe des centres de soutien généralistes et des centres de soutien spécialisés.

Vous pouvez vous adresser à un centre de soutien si vous souhaitez un soutien concret et pratique ou des informations parce que vous avez été touché·e par un abus ou que vous soupçonnez une personne de l’être. Les conseils sont généralement gratuits. Dans de rares cas, on vous demandera de faire un don. Cela est bien sûr confidentiel et, si vous le souhaitez, anonyme.

Dans un centre de soutien, vous pouvez calmement expliquer votre situation aux professionnel·le·s. Vous pouvez également les contacter si vous n’êtes pas personnellement concerné·e, mais que vous avez des soupçons et que vous souhaitez aider une autre personne. Parlez-leur de votre situation. Décrivez vos soupçons. Posez toutes les questions que vous voulez, même si vous n’êtes pas sûr·e de vous. Les centres de soutien vous aident à vous orienter. Lorsque vous vous rendez dans un centre de soutien, vous n’entamez aucune démarche contraignante ou même juridique.

La première étape : trier les informations et réfléchir à la marche à suivre

Dans un premier temps, les conseiller·ère·s examinent la situation à vos côtés. Vous pouvez prendre votre temps et parler de vos progrès et des défis auxquels vous êtes confronté·e. Les conseiller·ère·s vous parlent des différentes options et de la marche à suivre pour vous permettre de prendre la bonne décision. Ils vous aident également à déterminer si vous souhaitez bénéficier d’un soutien supplémentaire et, si oui, de quel type. La plupart des centres de soutien disposent d’un bon réseau dans la région. Ils peuvent également vous mettre en contact avec des médecins, des thérapeutes ou des juristes si nécessaire.

Ce que vous pouvez faire si vous avez des soupçons

Si vous avez des soupçons, convenez de la marche à suivre. Si des entretiens avec les autorités sont nécessaires, les centres de soutien vous aideront à les contacter : vous préparez ensemble ces entretiens et ils peuvent vous y accompagner. Cela est particulièrement utile si vous souhaitez transmettre vos informations à l’office de protection de la jeunesse ou à la police. Les centres de soutien savent à qui vous pouvez vous adresser et sont là pour vous aider. Les conseiller·ère·s de la ligne d'écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels sont toujours prêt·e·s à vous écouter au 0800 22 55 530.

Faites confiance à votre instinct et n’hésitez pas à appeler les conseiller·ère·s de la ligne d’écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels, même si vous avez des doutes.

Vous pouvez joindre la ligne d’écoute téléphonique au 0800 22 55 530. Pour en savoir plus sur ce service, cliquez ici.

Quels sont les centres de soutien pour les abus sexuels ?

Il existe des centres de soutien spécialisés dans le domaine des abus, ainsi que des centres de soutien généralistes qui proposent des conseils pour les victimes d’abus sexuels. Et bien d’autres.

Il existe des centres de soutien spécialisés dans le domaine des abus, ainsi que des centres de soutien généralistes qui proposent des conseils pour les victimes d’abus sexuels. Et bien d’autres.

Les centres de soutien spécialisés offrent une aide ciblée

Il existe dans toute l’Allemagne des centres de soutien spécialisés dans les conseils en rapport avec les abus sexuels. Certains offrent également des conseils aux personnes touchées. Ils travaillent avec une approche dite « contrôlée par la personne touchée ». Même si la violence a été subie il y a longtemps, les personnes touchées et survivant·e·s concerné·e·s peuvent s’adresser à un centre de soutien spécialisé. Les conseiller·ère·s connaissent les conséquences dont souffrent de nombreuses personnes et savent comment les soutenir au mieux. Pour de nombreuses personnes touchées et leur entourage, contacter un centre de soutien spécialisé est une première étape importante : ils peuvent se confier, sont pris au sérieux et trouvent des interlocuteurs et un soutien.

Trouver du soutien en tant qu’aidant·e

Vous pouvez également vous adresser à des centres de soutien spécialisés en tant qu’aidant (membre de la famille, ami·e, voisin·e, formateur·trice ou professionnel·le). Étape par étape, vous pouvez discuter avec les conseiller·ère·s de la manière de protéger un enfant ou de soutenir une personne touchée. Être confronté·e à un abus sexuel est un grand fardeau personnel pour de nombreuses personnes. Les conseiller·ère·s vous soutiennent en tant qu’aidant·e dans le tri de vos pensées et de vos sentiments. Ils et elles seront là pour vous soulager et vous aider. Vous y trouverez un espace pour parler de ce que vous avez entendu ou vu et pour faire face au problème.

Les centres de soutien généralistes peuvent également aider

Les centres de soutien généralistes travaillent également en étroite collaboration avec les personnes touchées, les survivant·e·s et les aidant·e·s. Il s’agit de centres de soutien pour l’éducation et les familles gérés par des organisations indépendantes et publiques. Ils constituent un pilier très important du système d’aide, surtout dans les zones rurales où les centres de soutien spécialisés sont rares. Les centres de soutien généralistes disposent de nombreuses connaissances professionnelles sur des sujets très différents. C’est la qualité particulière de leur travail. Les expériences en matière de conseil et d’accompagnement des personnes qui ont subi des abus sexuels ou qui veulent aider les personnes concernées sont très variées. Dans certains centres de soutien généralistes, une ou plusieurs personnes de l’équipe sont particulièrement compétentes dans ce domaine et fournissent des conseils.

Puis-je m'adresser à n'importe quel centre de soutien ?

Die meisten Beratungsstellen unterstützen alle Ratsuchenden – unabhängig davon, ob sie betroffen sind oder waren, betroffenen Menschen aus ihrem sozialen Umfeld helfen wollen oder einen Verdacht auf sexuellen Missbrauch haben.

Die meisten Beratungsstellen unterstützen alle Ratsuchenden – unabhängig davon, ob sie betroffen sind oder waren, betroffenen Menschen aus ihrem sozialen Umfeld helfen wollen oder einen Verdacht auf sexuellen Missbrauch haben.

Sur les sites Web de chaque centre, vous trouverez généralement les rubriques « Aide aux personnes touchées et survivant·e·s », « Aide aux proches » et « Aide aux professionnel·le·s ». Nous avons également rassemblé ces informations dans la rubrique « Trouver de l’aide » sur le portail de soutien aux victimes d’abus sexuels. De nombreux centres de soutien se sont également spécialisés dans certains groupes cibles. Par exemple :

Sexe et âge

De nombreux centres de soutien soutiennent les femmes ou les hommes, les filles ou les garçons touché·e·s. Ces services sont souvent également ouverts aux personnes transgenres* et non binaires. Il existe également des centres de soutien auxquels tout le monde peut s’adresser, quel que soit son âge ou son sexe. Rendez-vous dans la rubrique « Trouver de l’aide » pour connaitre le groupe cible de chaque centre.

Immigré·e·s ou réfugié·e·s

Certains centres de soutien offrent une aide spécialisée aux personnes issues de l’immigration et/ou réfugiées. Beaucoup peuvent faire appel à des interprètes. Certains proposent également des conseils dans différentes langues.

Personnes handicapées

Certains services s’adressent spécifiquement aux personnes souffrant de handicaps physiques ou cognitifs, tels que des difficultés d’apprentissage. Ils tiennent compte de leur situation de vie particulière et disposent généralement de salles accessibles aux personnes à mobilité réduite. Ils proposent idéalement des conseils dans une langue facilement compréhensible ou dans la langue des signes. Les services de conseil par des pairs sont également en augmentation. Ici, les personnes handicapées se soutiennent mutuellement et partagent leurs expériences. La façon dont les autres ont géré la situation et ce qui les a aidés peut leur donner du courage

Zone géographique

De nombreux centres de soutien ont une zone géographique régionale spécifique. Le centre peut ne pas être autorisé à conseiller les personnes ne vivant pas dans la même ville ou le même quartier. Cela est lié au type de financement. Pour savoir dans quel centre de soutien vous pouvez trouver de l’aide, consultez les sites Web de chaque centre. Appelez un centre si vous n’êtes pas sûr·e de pouvoir bénéficier de son aide. D’après notre expérience, de nombreux centres de soutien trouvent des solutions si les personnes touchées ne peuvent pas trouver d’alternatives près de leur domicile.

Que deviennent mes données et informations ?

Les centres de soutien travaillent en toute confidentialité et, pour la plupart, de manière anonyme. Vous n’êtes pas obligé·e de donner votre nom ou votre adresse si vous n’en avez pas envie.

Les centres de soutien travaillent en toute confidentialité et, pour la plupart, de manière anonyme. Vous n’êtes pas obligé·e de donner votre nom ou votre adresse si vous n’en avez pas envie.

Les centres de soutien ne dépendent pas de la police ou des offices de protection de la jeunesse. Vous pouvez donc parler de tout ce que vous voulez dans un centre de soutien. Si vous signalez un risque important pour le bien-être d’un enfant, les centres de soutien travailleront avec vous pour convenir des mesures nécessaires pour protéger l’enfant.

Puis-je suivre une thérapie dans un centre de soutien ?

Au cours de l’entretien, vous pouvez découvrir le type de soutien qui vous convient. Cela peut être très différent :

Au cours de l’entretien, vous pouvez découvrir le type de soutien qui vous convient. Cela peut être très différent :

des entretiens occasionnels, des offres thérapeutiques, des conseils ou un soutien régulier. De nombreuses personnes touchées décident de suivre une thérapie pour accepter ce qu’elles ont vécu. Là aussi, il existe de nombreuses possibilités. Les conseiller·ère·s connaissent les options. Ils ou elles vous présenteront les approches thérapeutiques. Ils ou elles peuvent vous aider à trouver un·e thérapeute approprié·e. Par ailleurs, de nombreux centres de soutien aident leurs client·e·s grâce à leurs services thérapeutiques, le temps de trouver une place dans un centre de thérapie approprié.

Découvrez ici dans quel cas une psychothérapie peut être utile et ce à quoi vous devez faire attention.

Les centres de soutien fournissent-ils également des informations sur les abus sexuels ?

Les centres de soutien spécialisés, en particulier, proposent très souvent des informations complètes sur les abus sexuels. Ils vous conseillent sur la manière de protéger les enfants et sur ce que vous pouvez faire si vous avez des soupçons.

Les centres de soutien spécialisés, en particulier, proposent très souvent des informations complètes sur les abus sexuels. Ils vous conseillent sur la manière de protéger les enfants et sur ce que vous pouvez faire si vous avez des soupçons.

De nombreux centres de soutien proposent également des séances d’information et de formation sur le sujet. Ceci est particulièrement intéressant pour les institutions qui travaillent avec les enfants et les adolescent·e·s et qui veulent reconnaître les abus et assurer la meilleure protection possible. En tant que particulier, vous pouvez également obtenir des informations sur le sujet et être en mesure d’aider les enfants de votre entourage.

Comment trouver un centre de soutien adapté ?

Nous vous aidons à trouver un centre de soutien adapté.

Nous vous aidons à trouver un centre de soutien adapté.

Rendez-vous dans « Trouver de l’aide » pour obtenir des adresses d’établissements dans toute l’Allemagne. Vous pouvez également contacter gratuitement et anonymement la ligne d'écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels au 0800 22 55 530. C’est le service central du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants (UBSKM). Vous recevrez les premiers conseils. Les professionnel·le·s de la ligne d’écoute téléphonique vous aideront à répondre à toutes vos questions sur le sujet et vous informeront également sur les services d’aide locaux.

Comment contacter un centre de soutien

Nous vous recommandons de prendre rendez-vous par téléphone ou par e-mail. Vous pourrez ainsi vous faire une première impression des conseiller·ère·s et avoir un rendez-vous auquel vous pourrez vous préparer mentalement. De nombreux centres de soutien proposent également des conseils en ligne ou des heures de consultation sans rendez-vous. Cela convient à de nombreuses personnes. Cependant, si vous n’avez pas de rendez-vous, vous risquez d’attendre.

Faites confiance à votre instinct lorsqu’il s’agit de conseil

Si vous vous rendez dans un centre de soutien local, il est préférable de demander, lorsque vous prenez rendez-vous par téléphone, si le centre est adapté à votre problème et s’il peut vous aider. Souvent, vous pouvez choisir si vous préférez parler à une femme ou à un homme. Faites confiance à votre instinct lorsqu'il s'agit de conseil :

  • est-ce que le « feeling » passe bien entre vous et la personne qui vous conseille ? Dans la plupart des centres de soutien, vous pouvez changer de conseiller·ère si vous le souhaitez.
  • Vous sentez-vous pris·e au sérieux, compris·e et protégé·e ?
  • Avez-vous l’impression que la discussion est calme, confidentielle et sur un pied d’égalité ?
  • Votre conseiller·ère respecte-t-il/elle vos limites ou se comporte-t-il/elle de manière inappropriée à vos yeux ?

Comment se faire une idée précise du centre de soutien

Si vous voulez vous faire une idée précise de l'établissement, demandez si le centre de soutien répond aux critères de qualité suivants :

  • Est-il membre d'une association professionnelle ?
  • Dispose-t-il d’un réseau professionnel dans la région ?
  • Adopte-t-il une approche orientée vers la personne touchée ?
  • Le personnel participe-t-il à la supervision et au perfectionnement ?
  • Le centre de soutien dispose-t-il d’interlocuteur·trice·s internes et externes prêt·e·s à vous écouter ?

Si vous vous sentez en de bonnes mains au centre de soutien, vous avez franchi une grande étape. Vous avez à vos côtés un e professionnel·le compétent·e qui vous soutient et vous accompagne.

Trouvez notre centre de consultation!

Si vous souhaitez être consulté sur place: sous "Trouver de l'aide", vous découvrirez les offre disponibles dans votre région.
Vers les centre de conseil

Histoires encourageantes

Interview | Société

J’aurais aimé que les gens de mon entourage me demandent simplement comment je vais et si tout va bien à la maison. Il y a eu tellement de moments dans ma vie où c’était évident que quelque chose n’allait pas chez moi.

Lisa Fahrig

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview

Interview | Cybergrooming

Je veux donner plus de visibilité aux violences sexuelles et au cybergrooming. Je veux montrer ce qui peut arriver et à quelle vitesse. Je le fais surtout pour celles et ceux qui n’ont pas réussi à s’en sortir et dont l’âme est brisée.

Jasmin Scholl

Personne Touchée

 

Vers Interview

Interview | Thérapie

L’abus sexuel par une femme a extrêmement endommagé ma masculinité. J’ai été en conflit avec cela pendant de nombreuses années. C’était vraiment violent pour moi. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réconcilier les deux côtés.

Nicolas Haaf

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Nicolas Haaf

Interview | Conseil

Il faut toujours faire preuve de courage pour ce sujet aussi sensible et personnel. Néanmoins, je suis convaincue que téléphoner aide. C’est un premier pas, une première étape. Et cela contribue souvent à rendre les étapes suivantes beaucoup plus faciles.

Tanja von Bodelschwingh

Conseillère de la ligne d’écoute téléphonique

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Tanja von Bodelschwingh

Interview | Acceptation

Nous voulons apprendre des histoires. C’est le moment central de l’acceptation: on peut apprendre du passé.

Barbara Kavemann

Membre du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Barbara Kavemann

Interview | Auto-Assistance

Dans notre groupe d’entraide, les hommes peuvent montrer leurs faiblesses et personne ne se moque d’eux. Ils sont respectés. Rien que ça, c’est une expérience : Je n’ai pas à jouer au dur ici. Je peux me montrer vulnérable.

Max Ciolek

Membre du conseil consultatif

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Max Ciolek

Interview | Droit

Les évolutions que j’observe chez de nombreuses personnes touchées sont très encourageantes et motivantes. Certaines d’entre elles sont capables de se retrouver au cours de ce long processus.

Petra Ladenburger

Avocate

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Petra Ladenburger

Interview | Personnes Handicapées

En particulier dans les situations de crise aiguë, il est très utile de demander conseil à l’extérieur et de ne pas rester dans sa bulle. Nous regardons tout indépendamment et pouvons aider à classer la situation de manière neutre.

Pia Witthöft

Directrice du Mutstelle, Lebenshilfe Berlin

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Pia Witthöft

Appelez-nous, même en cas de doutes

Parlez aux conseiller·ère·s de la ligne d’écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels. Votre appel est anonyme et gratuit.

0800 22 55 530

Permanence téléphonique:

lun., mar., ven. : De 9 h à 14 h
mar., jeu. : De 15 h à 20 h

Écrire un message - en toute sécurité et en toute confidentialité

La ligne d’écoute téléphonique pour les personnes touchées par les abus sexuels peut également vous conseiller par e-mail. En vous inscrivant, votre entretien reste confidentiel.