Nicolas Haaf
Membre du conseil consultatif

La société doit ouvrir les yeux

La violence sexualisée existe dans toutes les classes sociales. Doit-on pour autant apprendre à mieux regarder ? « Oui », répond Lisa Fahrig. En tant que membre du conseil des personnes touchées et médecin, elle souhaite y contribuer.

À propos de Lisa Fahrig
Lisa Fahrig vit en Suisse et travaille en tant que médecin interne. Depuis 2020, elle soutient le conseil des personnes touchées auprès de la représentante indépendante sur les questions d’abus sexuels à l’égard des enfants.

Depuis 2020, vous êtes membre du conseil des personnes touchées auprès de la représentante indépendante sur les questions d’abus sexuels à l’égard des enfants. Qu’est-ce que vous souhaitez obtenir par ce biais, Madame Fahrig ?

Je pense qu’il est important que la société apprenne à parler de ce sujet très tabou. Personnellement, je tiens beaucoup à ce que les gens comprennent que la violence sexualisée n’existe pas uniquement dans les familles socialement défavorisées. Il y en a partout, même dans les familles de juges, de médecins ou de pasteurs. J’ai souffert de violence sexualisée et psychologique dans ma famille quand j’étais enfant et mon père était lui-même médecin. De l’extérieur, nous avions probablement plutôt l’air d’une famille normale et bourgeoise. Personne n’aurait soupçonné qu’il y avait de la violence. De telles familles forment un véritable mur de protection pour les auteurs de violence. Pour les personnes touchées, il est presque impossible d’obtenir de l’aide.

Comment et quand avez-vous réussi à obtenir de l’aide ?

Comme beaucoup de personnes touchées, j’ai longtemps refoulé mes souvenirs. Je me suis dit : « Ce n’était déjà pas si grave ». Je n’ai réalisé que j’avais subi des abus sexuels qu’à l’âge de 18 ans. Mes amis m’ont beaucoup aidée à surmonter cette épreuve. Ils m’ont crue, ils m’ont écoutée. J’ai pris conscience de l’abus en parlant avec une amie et aussi à travers mes symptômes physiques. Par exemple, j’avais mal au ventre quand je parlais de sujets liés à la violence sexuelle. Cela m’a rappelé que lorsque j’étais enfant, j’avais déjà mal au ventre quand j’étais avec les auteurs de violence. Quand j’ai pris conscience de tout ça, j’étais désespérée et déprimée. C’est ce qui m’a poussée à demander de l’aide thérapeutique.

Qu’est-ce qui s’est passé ensuite ?

Au début, les thérapeutes ne voyaient pas le vrai problème. Une amie m’a finalement encouragée à aller dans une clinique spécialisée dans les traumatismes. Je pensais pouvoir tout résoudre en six semaines. Puis j’ai réalisé qu’il me fallait plus de temps et j’ai décidé de prendre un semestre sabbatique. À la clinique, j’ai pu mettre des mots sur ce que j’avais vécu pour la première fois. La psychothérapie corporelle, en particulier, m’a aidée à réaliser et à traiter les traumatismes.

Qu’est-ce qui t’aurait aidée quand tu étais enfant ? Qu’aurais-tu souhaité de la part de ton entourage ?

J’aurais aimé que les gens de mon entourage me demandent simplement comment je vais et si tout va bien à la maison. Il y a eu tellement de moments dans ma vie où c’était évident que quelque chose n’allait pas chez moi. Quand j’étais adolescente, j’ai essayé d’endormir ma détresse et ma frustration avec de l’alcool. Quand j’avais à peine 13 ans, j’ai même été hospitalisée pour une intoxication alcoolique. Là-bas, on m’a dit : « Ton père est un professionnel. Nous n’avons pas besoin de faire l’entretien psychologique ». Ce qui m’aurait le plus aidée, c’est que ma mère ait eu le courage de quitter mon père avec nous, les enfants. Mais malheureusement, elle était elle-même prisonnière de sa propre histoire.

« J’aurais aimé que les gens de mon entourage me demandent simplement comment je vais et si tout va bien à la maison. Il y a eu tellement de moments dans ma vie où c’était évident que quelque chose n’allait pas chez moi. »

En tant que société, devons-nous apprendre à regarder de plus près lorsqu’on a des soupçons ?

Pour l’entourage, l’abus sexuel est extrêmement difficile à percevoir. Il y a tellement de symptômes et d’anomalies possibles, mais aussi des enfants parfaitement adaptés qui ne laissent rien paraître. La société doit ouvrir les yeux sur les nombreux signaux d’alarme. Que les gens aient le courage de demander à leurs voisins si tout va bien chez eux. Qu’ils ne pensent pas seulement à ce qu’il se passe chez eux, mais qu’ils sonnent quand ils entendent crier à l’étage au-dessus. Qu’une ambition exagérée et une volonté de performance excessive peuvent indiquer une violence sexualisée, tout comme le fait d’être en retrait ou triste. Souvent, on a cette intuition à laquelle on devrait faire confiance. 

Vous travaillez maintenant comme médecin. Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’aider les autres ?

Surtout au début de mon développement, c’était plus facile pour moi d’aider les autres que d’être là pour moi. Je n’avais pas besoin de m’occuper de moi. Heureusement, ça a changé. Aujourd’hui, je suis heureuse de voir toutes les facettes de la personne qui se cache derrière le patient. Je veux être un médecin qui ne se contente pas de traiter les symptômes, mais qui voit et traite les gens de manière globale.

Quel rôle la médecine peut-elle jouer pour protéger les personnes touchées ?

Les points de contact médicaux comme les cabinets médicaux, les services externes et cliniques peuvent être un refuge. Les hôpitaux ou les cliniques psychiatriques nous permettent d’hospitaliser les personnes afin de les protéger de leur environnement et de trouver de meilleures solutions de suivi pour elles. Grâce au contact étroit avec les patient·e·s, je peux trouver quelques indices qui me permettent de voir au-delà de la façade. Mais dans l’agitation de la vie quotidienne à l’hôpital, il est bien sûr difficile d’interpréter correctement ces signes. S’il y a des indices clairs, les médecins devraient faire appel aux responsables de la protection de l’enfance. La ligne d’écoute médicale pour la protection de l’enfance est également un bon premier point de contact. En même temps, le secteur de la santé est malheureusement aussi un espace à risque.

De quelle manière ?

Dans le système de santé, les professionnels ont beaucoup de pouvoir. La société leur fait confiance. Elle ne voit pas que la violence sexualisée a aussi lieu dans ce contexte, bien qu’il y ait ici aussi de nombreux exemples d’abus de pouvoir. C’est pourquoi nous avons besoin de concepts de protection bien pensés dans la médecine et la psychothérapie.

Qu’est-ce qui vous donne du courage ?

Le travail au sein du conseil des personnes touchées et le contact avec d’autres personnes touchées me donnent du courage. Ce sont toutes des personnes merveilleuses qui donnent énormément de courage et d’amour au monde, malgré tout ce qui leur est arrivé. J’ai l’impression que le fait d’être actif contre la violence sexualisée nous sort de l’impuissance. Cela me donne beaucoup de force de pouvoir transformer les mauvaises expériences en quelque chose de positif.

Histoires encourageantes

Interview | Cybergrooming

Je veux donner plus de visibilité aux violences sexuelles et au cybergrooming. Je veux montrer ce qui peut arriver et à quelle vitesse. Je le fais surtout pour celles et ceux qui n’ont pas réussi à s’en sortir et dont l’âme est brisée.

Jasmin Scholl

Personne Touchée

 

Vers Interview

Interview | Personne Touchée

L’abus sexuel par une femme a extrêmement endommagé ma masculinité. J’ai été en conflit avec cela pendant de nombreuses années. C’était vraiment violent pour moi. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réconcilier les deux côtés.

Nicolas Haaf

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Nicolas Haaf

Interview | Conseil

Il faut toujours faire preuve de courage pour ce sujet aussi sensible et personnel. Néanmoins, je suis convaincue que téléphoner aide. C’est un premier pas, une première étape. Et cela contribue souvent à rendre les étapes suivantes beaucoup plus faciles.

Tanja von Bodelschwingh

Conseillère de la ligne d’écoute téléphonique

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Tanja von Bodelschwingh

Interview | Acceptation

Nous voulons apprendre des histoires. C’est le moment central de l’acceptation : on peut apprendre du passé.

Barbara Kavemann

Membre du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Barbara Kavemann

Interview | Auto-Assistance

Dans notre groupe d’entraide, les hommes peuvent montrer leurs faiblesses et personne ne se moque d’eux. Ils sont respectés. Rien que ça, c’est une expérience : Je n’ai pas à jouer au dur ici. Je peux me montrer vulnérable.

Max Ciolek

Membre du conseil consultatif

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Max Ciolek

Interview | Droit

Les évolutions que j’observe chez de nombreuses personnes touchées sont très encourageantes et motivantes. Certaines d’entre elles sont capables de se retrouver au cours de ce long processus.

Petra Ladenburger

Avocate

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Petra Ladenburger

Interview | Personnes Handicapées

En particulier dans les situations de crise aiguë, il est très utile de demander conseil à l’extérieur et de ne pas rester dans sa bulle. Nous regardons tout indépendamment et pouvons aider à classer la situation de manière neutre.

Pia Witthöft

Directrice du Mutstelle, Lebenshilfe Berlin

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Pia Witthöft

Appelez-nous, même en cas de doutes

Parlez aux conseiller·ère·s de la ligne d’écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels. Votre appel est anonyme et gratuit.

0800 22 55 530

Permanence téléphonique:

lun., mar., ven. : De 9 h à 14 h
mar., jeu. : De 15 h à 20 h

Écrire un message - en toute sécurité et en toute confidentialité

La ligne d’écoute téléphonique pour les personnes touchées par les abus sexuels peut également vous conseiller par e-mail. En vous inscrivant, votre entretien reste confidentiel.