[Translate to Französisch:] Porträtfoto Max Ciolek

Max Ciolek
Membre du conseil consultatif

Les membres du groupe se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls

L’auto-assistance offre un lieu sûr où les personnes touchées par les violences sexuelles peuvent échanger des idées et partager de nouvelles perspectives. Entretien avec Max Ciolek, fondateur d’un groupe d’entraide pour les hommes.

À propos de Max Ciolek
Max Ciolek est membre du conseil des personnes touchées auprès de la représentante indépendante sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants depuis 2020 et a fondé un groupe d’entraide pour les hommes touchés par les violences sexuelles la même année. À Osnabrück, le graphiste et chanteur est également impliqué dans le secteur culturel depuis de nombreuses années.

Qu’est-ce qui vous relie, en tant que personne touchée, au sujet de l’auto-assistance, M. Ciolek ?

J’ai toujours remarqué que c’était une bonne chose d’aborder le sujet des violences sexuelles. Avant de fonder le groupe d’Osnabrück, je n’avais aucun lien avec l’auto-assistance. J’ai travaillé sur ma propre expérience par vagues. Il y a deux ans, j’ai réalisé que je pouvais donner en retour et faire quelque chose pour lutter contre ce problème. C’est pourquoi je suis membre du conseil des personnes touchées auprès de la représentante indépendante sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants depuis 2020 et que j’ai lancé le groupe d’entraide pour les hommes la même année.

Comment l’échange avec d’autres personnes touchées vous a-t-il aidé ?

Ce qui m’a le plus aidé, c’est de pouvoir en parler. Après avoir entendu les histoires des autres, je me suis rendu compte que j’avais déjà bien avancé sur le chemin de la guérison. J’ai appris qu’il ne s’agit pas de donner des conseils, mais simplement d’écouter. Les choses se font en temps voulu.

. Ici, les hommes peuvent montrer leurs faiblesses et personne ne se moque d’eux. Ils sont respectés. Rien que ça, c’est une expérience : « Je n’ai pas à jouer au dur ici. Je peux me montrer vulnérable. »

Expliquez-nous comment se déroule une session : qu’est-ce qui nous y attend ?

Pour commencer, nous posons quelques questions rapides. Chacun nous dit comment il se sent et ce qui l’amène. Ensuite, nous demandons à la personne si elle a quelque chose en tête dont elle veut parler en détail. Ce qui distingue notre groupe d’entraide, c’est que chacun a les mêmes droits et que nous décidons ensemble. Personne n’est le responsable ou n’anime la discussion. Comme tout le monde partage des expériences similaires, les membres du groupe se rendent compte qu’ils ne sont pas seuls. Ils voient les choses sous un jour différent et sont totalement réconfortés et encouragés à continuer.

Que peuvent réaliser les groupes d’entraide et quelles en sont les limites ?

Tout d’abord, il est important de préciser qu’un groupe d’entraide n’est pas une alternative à une thérapie, même s’il peut apporter beaucoup et compléter la thérapie. En peu de temps, une personne de notre groupe a admis qu’elle avait un problème de dépendance. Il s’est alors rendu compte par lui-même que le groupe d’entraide n’était pas ce dont il avait besoin. Sinon, nous aurions essayé de lui parler.

En quoi un groupe d’entraide pour hommes est-il différent des autres groupes ?

Parler de ses propres sentiments est encore très difficile pour de nombreux hommes. C’est pourquoi je pense qu’il est important d’avoir un groupe composé uniquement d’hommes en souffrance. Ici, les hommes peuvent montrer leurs faiblesses et personne ne se moque d’eux. Ils sont respectés. Rien que ça, c’est une expérience : « Je n’ai pas à jouer au dur ici. Je peux me montrer vulnérable. » Mais c’est une chose que chaque participant doit décider pour lui-même.

Comment trouver un service qui me convienne si j’ai subi des abus sexuels ?

Dans de nombreux quartiers, il existe des centres de contact pour l’auto-assistance qui peuvent indiquer où se trouvent tous les centres à proximité. Les personnes à la recherche d’une aide peuvent aussi facilement trouver en ligne le bon groupe d’entraide. Un bon point de départ est, par exemple, le portail de soutien aux victimes d’abus sexuel ou les listes du centre national d’information et de médiation NAKOS.

De plus en plus de personnes touchées échangent également des informations en ligne. Quand l’auto-assistance en ligne peut-elle fonctionner ?

Contrairement aux groupes d’entraide pour certaines maladies, les émotions jouent un rôle important quand on parle de violences sexuelles. Il s’agit de mettre des mots sur ses sentiments. À mon avis, c’est plus difficile en ligne. Mais je rêve d’une plateforme où les gens peuvent s’informer et échanger des idées. C’est pourquoi je suis en train de mettre en place un portail en ligne. Selon moi, l’ensemble de la société doit apprendre à parler des violences sexuelles. Statistiquement parlant, chacun d’entre nous connaît un enfant qui a été touché et probablement aussi un auteur ou une auteure.

Avez-vous des conseils à donner à d’autres personnes touchées qui souhaitent également créer un groupe d’entraide ?

J’encourage tout le monde à fonder un groupe d’entraide s’il n’en existe pas encore dans sa région. Un groupe d’entraide n’a pas besoin d’une figure dirigeante. Tout le monde peut le faire. Je conseille aux personnes intéressées de se constituer un bon réseau dès le début. Elles devraient d’abord examiner ce qui existe déjà et où se trouvent les acteurs qui font quelque chose de similaire. Par exemple, j’ai contacté le bureau de l’entraide et du bénévolat de notre quartier. Dans tous les cas, il est judicieux de faire appel aux nombreuses sources d’aide. En ligne, en personne ou avec le guide « Aide au démarrage pour la création de groupes d’entraide » (Starthilfe zum Aufbau von Selbsthilfegruppen) du centre de médiation NAKOS.

Qu’y a-t-il d’encourageant dans l’auto-assistance ?

Je suis encouragé par ce que je vis dans le groupe. Nous avons eu notre première réunion après une longue pause et beaucoup ont dit : « C’est si bon d’être à nouveau ici et de vous parler. » Bien que nous ne nous soyons rencontrés que cinq fois, le groupe est déjà très important pour moi. Le groupe d’entraide étant un foyer et un endroit sûr, je me sens très privilégié.

Vous souhaitez en savoir plus sur le thème du l'auto-assistance ? Rendez-vous dans la rubrique « Informations utiles ».

Histoires encourageantes

Interview | Société

J’aurais aimé que les gens de mon entourage me demandent simplement comment je vais et si tout va bien à la maison. Il y a eu tellement de moments dans ma vie où c’était évident que quelque chose n’allait pas chez moi.

Lisa Fahrig

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview

Interview | Cybergrooming

Je veux donner plus de visibilité aux violences sexuelles et au cybergrooming. Je veux montrer ce qui peut arriver et à quelle vitesse. Je le fais surtout pour celles et ceux qui n’ont pas réussi à s’en sortir et dont l’âme est brisée.

Jasmin Scholl

Personne Touchée

 

Vers Interview

Interview | Personne Touchée

L’abus sexuel par une femme a extrêmement endommagé ma masculinité. J’ai été en conflit avec cela pendant de nombreuses années. C’était vraiment violent pour moi. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réconcilier les deux côtés.

Nicolas Haaf

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Nicolas Haaf

Interview | Conseil

Il faut toujours faire preuve de courage pour ce sujet aussi sensible et personnel. Néanmoins, je suis convaincue que téléphoner aide. C’est un premier pas, une première étape. Et cela contribue souvent à rendre les étapes suivantes beaucoup plus faciles.

Tanja von Bodelschwingh

Conseillère de la ligne d’écoute téléphonique

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Tanja von Bodelschwingh

Interview | Acceptation

Nous voulons apprendre des histoires. C’est le moment central de l’acceptation : on peut apprendre du passé.

Barbara Kavemann

Membre du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Barbara Kavemann

Interview | Droit

Les évolutions que j’observe chez de nombreuses personnes touchées sont très encourageantes et motivantes. Certaines d’entre elles sont capables de se retrouver au cours de ce long processus.

Petra Ladenburger

Avocate

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Petra Ladenburger

Interview | Personnes Handicapées

En particulier dans les situations de crise aiguë, il est très utile de demander conseil à l’extérieur et de ne pas rester dans sa bulle. Nous regardons tout indépendamment et pouvons aider à classer la situation de manière neutre.

Pia Witthöft

Directrice du Mutstelle, Lebenshilfe Berlin

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Pia Witthöft

Appelez-nous, même en cas de doutes

Parlez aux conseiller·ère·s de la ligne d’écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels. Votre appel est anonyme et gratuit.

0800 22 55 530

Permanence téléphonique:

lun., mar., ven. : De 9 h à 14 h
mar., jeu. : De 15 h à 20 h

Écrire un message - en toute sécurité et en toute confidentialité

La ligne d’écoute téléphonique pour les personnes touchées par les abus sexuels peut également vous conseiller par e-mail. En vous inscrivant, votre entretien reste confidentiel.