[Translate to Französisch:] Porträtfoto Barbara Kavemann

Barbara Kavemann
Membre du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants

Nous voulons apprendre de l’acceptation

« Chaque histoire compte » est la devise du représentant indépendant sur les questions d’abus sexuel à l’égard des enfants (UBSKM). Avec Barbara Kavemann, de l’UBSKM, nous avons parlé de ce qu’elle souhaite obtenir pour les personnes touchées.

À propos de Barbara Kavemann
Depuis les années 1980, Barbara Kavemann mène des recherches sur la violence sexuelle envers les enfants et les adolescent·e·s et sur les concepts de prévention contre les abus. La chercheuse a toujours été particulièrement intéressée par le point de vue des personnes touchées et par la question de savoir ce qui peut les soutenir dans leur vie.

Madame Kavemann, quelles sont exactement les missions de l’UBSKM et quels sont ses objectifs ?

Notre mission est de retourner dans le passé et de faire avancer le processus d’acceptation de ce qui s’est passé. Pour cela, nous enquêtons sur toutes les formes d’abus sexuels envers les enfants en République fédérale d’Allemagne et en RDA depuis 1949. Nous voulons montrer à la société ce qui a mal tourné. Quelle injustice s’est produite, quelle souffrance a été causée et quelles conséquences cette souffrance peut avoir pour toute la vie. C’est pourquoi nous nous intéressons à certains domaines de la société, comme l’éducation à domicile, les églises ou les écoles. Ces institutions doivent faire face à leur passé. Nous enquêtons également sur les violences sexuelles commises par des membres de la famille. Dans l’intérêt des personnes touchées, nous levons le voile sur ce qui s’est passé. Notre objectif est de faire entendre leur voix.

Comment les personnes touchées peuvent-elles parler de leur histoire ?

Les personnes touchées, mais aussi les témoins (membres de la famille, enseignant·e·s ou thérapeutes) peuvent nous contacter pour une audience confidentielle ou avec un rapport écrit. Elles décident elles-mêmes de ce qu’elles veulent faire.

Comment ces personnes peuvent-elles obtenir une audience ?

Le premier contact se fait par l’intermédiaire de notre bureau. Les professionnel·le·s expliquent le fonctionnement d’une audience, la protection dont elle bénéficie et le lieu où elle se déroule. Nous sommes sept volontaires au sein de l’UBSKM. Nous ne pouvons pas répondre à toutes les demandes d’audience. C’est pourquoi nous avons 20 conseiller·ère·s-auditeur·rice·s dans tout le pays. Ainsi, nous sommes à proximité des personnes touchées. Les avocat·e·s ont signé un accord de confidentialité. Nous menons également des audiences avec eux/elles.

Nous voulons apprendre de l’acceptation et de leurs histoires. On peut apprendre du passé.

Qu’est-ce qui motive les personnes touchées à partager leur propre histoire ?

Il existe un fort désir de partager ce qu’elles ont vécu avec un organisme officiel. C’est différent du fait de le partager en privé. Et c’est une façon de rendre public ce qui s’est passé. Pour certaines personnes, il y a une motivation à raconter leurs propres expériences ici parce que ce n’est pas possible ailleurs. Parce que cela pourrait avoir de graves conséquences pour elles dans la famille ou au travail si l’on apprend qu’elles ont subi cette violence dans leur enfance. La confidentialité et la protection de nos entretiens permettent à de nombreuses personnes de parler. Elles ne trouvent pas d’autres espaces où le faire. L’UBSKM est un organisme habilité qui vous écoute au nom de la société. Un jour, une personne touchée m’a dit : « Je sens que je fais à nouveau partie de cette société. » Cette façon d’être entendu fait donc la différence et change les choses.

Comment fonctionne l’audience confidentielle ?

Nous envoyons des informations aux personnes touchées à l’avance afin qu’elles sachent à quoi s’attendre. Les audiences sont toujours menées en binôme : généralement par un membre de l’UBSKM et un·e conseiller·ère-auditeur·trice. Parfois, il y a aussi deux conseiller·ère·s-auditeur·trice·s. Un service de conseil spécialisé est disponible si les proches souhaitent avoir une séance de conseil avant ou après l’audience. Ils sont invités à se faire accompagner par une personne de confiance. Il est arrivé que ce soit un chien. Nous les informons également à l’avance de ce que nous aimerions savoir. Par exemple, nous nous intéressons à ce qu’ils ont vécu, à leur enfance et à ce qui les a aidés ou les aurait aidés. Nous voulons apprendre de l’acceptation et de leurs histoires. On peut apprendre du passé. Nous demandons également comment les choses se sont passées pour la personne, ce dont elle a besoin aujourd’hui et quelles sont ses exigences. Mais les personnes touchées décident de ce qu’elles veulent nous dire.

Quels effets une audience peut-elle avoir sur les personnes touchées ?

La plupart du temps, nous constatons que les audiences ont un effet libérateur et soulageant. Les personnes touchées peuvent compter sur notre capacité à entendre leur souffrance. Beaucoup ne disposent pas de cela dans leur vie quotidienne. Elles ne racontent pas leur histoire à tout le monde, car elles savent que cela les incrimine. Avec nous, elles apprennent : nous les soutenons. D’ailleurs, les audiences ne sont pas toujours déprimantes. Il nous arrive aussi de rire parfois. Cela ne doit pas être un obstacle à la souffrance et à la reconnaissance.

Que faites-vous des résultats des audiences et des rapports ?

Nous en publions une partie de manière anonyme et avec le consentement des personnes touchées sur notre site Web. Nous voulons montrer la diversité, mais aussi les similitudes. Lire les histoires d’autres personnes touchées peut être très utile. Et c’est une information importante pour les professionnel·le·s de ce secteur. Les histoires aident également à la recherche, dont nous publions les résultats en ligne pour que chacun puisse y avoir accès gratuitement.

Recevez-vous également un retour d’information des audiences ?

La plupart du temps, nous en parlons lors de l’audience et nous demandons : « Comment s’est passé l’entretien pour vous ? » Parfois, le retour arrive : « Cela m’a fait du bien » ou « Je ressens beaucoup moins de pression pour en parler ». Plusieurs retours sont également essentiels. Cela est lié au fait qu’une audience n’est qu’une audience. Nous ne pouvons pas changer la vie des personnes touchées. Nous ne pouvons pas accélérer les procédures relatives à la loi sur l’indemnisation des victimes ou obtenir une prolongation de la thérapie. Mais nous pouvons écouter, prendre au sérieux et reconnaître que ce qui s’est passé était mal.

Qu’est-ce que l’UBSKM a pu réaliser jusqu’à présent ?

Nous avons par exemple organisé des audiences publiques, notamment sur les abus sexuels dans les familles, en RDA, dans l’église ou dans le sport. Nous avons ainsi pu sensibiliser et informer la société sur les abus sexuels et amener les institutions, les autorités et les associations à prendre leurs responsabilités. Nous avons publié des recommandations pour l’acceptation dans les institutions. Nous publions régulièrement les résultats de nos travaux et nous avons initié et mené des recherches. Grâce aux audiences des personnes touchées, nous disposons de connaissances qui nous permettent de soutenir le travail de prévention. Je trouve cette dynamique inspirante, malgré tous les revers et tous les efforts.

Qu’y a-t-il d’encourageant dans votre travail ?

Beaucoup de choses ! Les audiences confidentielles sont particulièrement importantes pour moi. Les personnes touchées font preuve de beaucoup de courage et de force. Et elles s’organisent de plus en plus. Cela est tout simplement admirable !

Histoires encourageantes

Interview | Société

J’aurais aimé que les gens de mon entourage me demandent simplement comment je vais et si tout va bien à la maison. Il y a eu tellement de moments dans ma vie où c’était évident que quelque chose n’allait pas chez moi.

Lisa Fahrig

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview

Interview | Cybergrooming

Je veux donner plus de visibilité aux violences sexuelles et au cybergrooming. Je veux montrer ce qui peut arriver et à quelle vitesse. Je le fais surtout pour celles et ceux qui n’ont pas réussi à s’en sortir et dont l’âme est brisée.

Jasmin Scholl

Personne Touchée

 

Vers Interview

Interview | Thérapie

L’abus sexuel par une femme a extrêmement endommagé ma masculinité. J’ai été en conflit avec cela pendant de nombreuses années. C’était vraiment violent pour moi. Il m’a fallu beaucoup de temps pour réconcilier les deux côtés.

Nicolas Haaf

Membre du conseil consultatif

 

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Nicolas Haaf

Interview | Conseil

Il faut toujours faire preuve de courage pour ce sujet aussi sensible et personnel. Néanmoins, je suis convaincue que téléphoner aide. C’est un premier pas, une première étape. Et cela contribue souvent à rendre les étapes suivantes beaucoup plus faciles.

Tanja von Bodelschwingh

Conseillère de la ligne d’écoute téléphonique

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Tanja von Bodelschwingh

Interview | Auto-Assistance

Dans notre groupe d’entraide, les hommes peuvent montrer leurs faiblesses et personne ne se moque d’eux. Ils sont respectés. Rien que ça, c’est une expérience : Je n’ai pas à jouer au dur ici. Je peux me montrer vulnérable.

Max Ciolek

Membre du conseil consultatif

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Max Ciolek

Interview | Droit

Les évolutions que j’observe chez de nombreuses personnes touchées sont très encourageantes et motivantes. Certaines d’entre elles sont capables de se retrouver au cours de ce long processus.

Petra Ladenburger

Avocate

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Petra Ladenburger

Interview | Personnes Handicapées

En particulier dans les situations de crise aiguë, il est très utile de demander conseil à l’extérieur et de ne pas rester dans sa bulle. Nous regardons tout indépendamment et pouvons aider à classer la situation de manière neutre.

Pia Witthöft

Directrice du Mutstelle, Lebenshilfe Berlin

Vers Interview
[Translate to Französisch:] Porträtfoto Pia Witthöft

Appelez-nous, même en cas de doutes

Parlez aux conseiller·ère·s de la ligne d’écoute téléphonique pour les victimes d’abus sexuels. Votre appel est anonyme et gratuit.

0800 22 55 530

Permanence téléphonique:

lun., mar., ven. : De 9 h à 14 h
mar., jeu. : De 15 h à 20 h

Écrire un message - en toute sécurité et en toute confidentialité

La ligne d’écoute téléphonique pour les personnes touchées par les abus sexuels peut également vous conseiller par e-mail. En vous inscrivant, votre entretien reste confidentiel.